Fonctionnement d’un vélo électrique

L’opération est certes très technique mais en général, elle fonctionne comme suit. Sur les pédales se trouve un capteur qui détecte non seulement le coup de pédale mais aussi la force exercée. La lecture de ces données permettra une meilleure interaction entre le moteur et le pédalage humain. De cette façon, le moteur peut exprimer les meilleures performances en fonction des « exigences physiques » du cycliste. Il y a ensuite un sélecteur, généralement placé sur le guidon, qui permet de régler le niveau d’assistance du moteur électrique, c’est-à-dire le degré d’aide qu’il peut réellement fournir.

Sur le plat, cette aide peut être minime, voire nulle. En revanche, en montée, il peut atteindre le niveau maximum pour vous permettre de franchir facilement les pentes raides. Sur les vélos qui ne sont pas équipés d’un moteur central, il y a cependant un capteur qui détecte uniquement le coup de pédale. Dans ce sens, vous pouvez demander le travail du moteur électrique simplement avec quelques tours de pédale pour pouvoir voyager sur le plat vraiment avec un effort minimal.

AUTONOMIE : COMBIEN DE ROUTE JE FAIS ?

Le chapitre de l’autonomie est toujours une question très sensible lorsqu’on parle d’un vélo électrique. Pour ce qui est de la distance maximale avec un plein d’énergie, de nombreux facteurs entrent en jeu et il importe peu que le fabricant annonce un kilométrage record que vous ne pouvez même pas voir avec des jumelles. Les paramètres qui influent sur l’autonomie sont : la température extérieure, le type de vélo, le parcours, le niveau d’assistance et le poids du cycliste.

Si vous avez l’intention de monter une côte de 10 % à grande vitesse, vous devez comprendre que votre batterie pourrait tenir un peu plus de 10 km, à condition qu’elle ait une bonne capacité ou que vous utilisiez des solutions à double batterie. En revanche, si vous êtes un peu entraîné et que vous n’avez pas besoin des performances maximales sur les pistes, l’autonomie peut même quadrupler. Sur le plat, les distances sont nettement plus longues car le moteur électrique ne fournit qu’un appui très faible. Le froid est l’ennemi de l’efficacité des batteries et le poids du cycliste est un obstacle encore plus grand. 10 Kg de moins, dans certaines situations, peuvent signifier plusieurs Km de plus.

Programmer une sortie est toujours conseillé car si vous n’avez plus de batterie, la charge peut être problématique même en emportant le chargeur car un plein peut prendre plusieurs heures.

VÉLOS CONNECTÉS ET TECHNOLOGIE

Les vélos électriques modernes, surtout ceux d’une certaine gamme, disposent aujourd’hui de solutions technologiques si innovantes qu’elles sont littéralement connectées. Les ordinateurs de bord sont de plus en plus sophistiqués et permettent d’afficher de nombreux paramètres d’utilisation et offrent même de petits systèmes de navigation pour voyager en toute sécurité sur des routes inconnues.

Il existe même des modèles qui peuvent être gérés via des apps. En plus de pouvoir synchroniser les itinéraires et les données de mouvement, il est même possible de modifier les valeurs d’intervention du moteur pour créer une assistance réellement adaptée à vos besoins. Les vélos électriques Suisses entrent donc aussi puissamment dans l’ère moderne grâce à des solutions technologiques très sophistiquées, notamment l’ABS pour les vélos électriques développé en 2018 par Bosch, puis adopté par d’autres fabricants.

À l’instar des smartphones modernes, de nombreux vélos électriques peuvent également être mis à niveau. Les ordinateurs de bord les plus avancés peuvent recevoir des mises à jour périodiques qui peuvent être téléchargées pour améliorer les fonctions dont ils disposent. En outre, les fabricants de moteurs publient cycliquement des mises à jour du micrologiciel de leurs unités. Dans ce cas, cependant, la mise à jour doit être effectuée dans un point de service officiel. Il ne peut pas être fait à la maison.

 

Comment fonctionnent les vélos électriques ?

Les vélos électriques sont à la mode.

Il est de plus en plus courant de les voir circuler dans les villes de notre pays et ils sont devenus un véhicule pour aller travailler, oui, de manière durable. Cependant, il y a encore beaucoup de gens qui ne connaissent pas le monde des possibilités des vélos électriques et leur fonctionnement. Pour résoudre tous vos doutes, nous allons vous expliquer comment fonctionne un vélo électrique et même ce que l’on ressent lorsqu’on en conduit un.

Comment fonctionnent les vélos électriques ?

Les vélos électriques sont identiques aux vélos normaux, mais ils comprennent un moteur électrique qui aide à certains moments du pédalage. Cela ne signifie pas qu’il s’agit d’une petite moto, car le moteur n’est activé que par un capteur. En d’autres termes, le moteur n’aide que lorsque nous pédalons ou commençons à pédaler. Ce moteur est alimenté par une batterie électrique rechargeable qui est généralement logée dans le cadre du vélo, bien que certaines marques l’installent à l’emplacement traditionnel de la bouteille d’eau. Les batteries les plus recommandées sont généralement en lithium-ion,  car elles sont plus durables, plus légères et peu encombrantes.

Comment fonctionne un vélo électrique

Comme nous l’avons expliqué dans cet article sur les vélos électriques avec accélérateur, il existe des vélos électriques qui disposent d’un accélérateur, bien que la réglementation limite fortement sa capacité. La réglementation européenne stipule que l’assistance motorisée ne peut exister que pendant le pédalage, mais il existe une exception. La loi autorise un petit coup de pouce à l’arrêt, à savoir que le vélo peut démarrer tout seul et aller jusqu’à 6 km/heure.

Les vélos électriques ont-ils un accélérateur ?

La norme de l’Union européenne EN 15194 ne stipule également que la vitesse maximale à laquelle le moteur du vélo peut vous aider doit être de 25 km/h. En d’autres termes, dès que vous atteignez une vitesse de 25 km/h, le moteur doit cesser de fonctionner, mais vous pouvez aller plus vite si vous continuez à pédaler sans assistance. Certain professionnel se conforme à cette réglementation afin que vous n’ayez pas à enregistrer votre vélo. Comment fonctionne une bicyclette électrique

Qu’est-ce que cela fait de conduire un vélo électrique ?

La théorie du fonctionnement d’un vélo électrique est claire. Mais en pratique, comment ressentez-vous le moteur lorsque vous conduisez un vélo électrique ? Lorsque vous êtes sur votre vélo électrique, vous ne remarquerez pas toujours l’assistance au pédalage fournie par le moteur, seulement lorsque vous en avez besoin. Quand vous démarrez ou quand vous faites une montée (même légère), vous sentirez que le vélo vous pousse, comme si quelqu’un poussait la selle derrière vous. Lorsque vous êtes en ligne droite ou en descente, si vous commencez soudainement à pédaler plus vite, le moteur vous aidera également, mais n’oubliez pas qu’il ne le fera que jusqu’à ce que vous atteigniez 25 km/h. Quant à l’accélérateur, vous devez normalement l’activer manuellement. Sur Carmela, il se présente sous la forme d’un bouton. Cette option est très utile pour ceux qui n’ont pas l’habitude de rouler sur deux roues, car elle permet de gagner en stabilité au début.

Comment fonctionne le moteur d’un vélo électrique ?

La bicyclette est un excellent moyen de transport. Mais selon le terrain, la distance ou la condition physique de l’utilisateur, un vélo électrique peut être la solution idéale.

VÉLO OU CYCLOMOTEUR ÉLECTRIQUE ?

La législation de l’Union européenne considère que les vélos électriques sont les véhicules qui répondent à ces 3 exigences : Ils ne fournissent une assistance que pendant le pédalage. Ils peuvent avoir un accélérateur, à condition qu’il ne soit efficace que lorsqu’on pédale.

  • Le moteur s’arrête après 25 km/h.
  • Sa puissance ne dépasse pas 250 W

Les autres vélos électriques sont considérés comme des cyclomoteurs électriques, et nécessitent un permis de conduire et une assurance accident spécifique.

MOTEUR ÉLECTRIQUE DE LA BICYCLETTE

Le moteur électrique d’un vélo ne fonctionne pas si le cycliste ne pédale pas. Les bicyclettes utilisent un moteur pour assister le pédalage, pas pour le remplacer. Le modèle le plus courant est un capteur dans les pédales qui détecte la force exercée par le cycliste et l’assiste proportionnellement. Ce moteur s’arrête automatiquement lorsque le cycliste appuie sur le frein ou atteint une certaine vitesse. Le moteur du vélo est alimenté par une batterie. Les batteries, qui ont une durée de vie d’environ deux ans en moyenne, peuvent être retirées ou rechargées sur le vélo. Ils doivent être connectés à un chargeur, qui est celui qui se branche sur le secteur. Normalement, ils ont une autonomie comprise entre 25 et 70 kilomètres, selon le modèle que l’on achète.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code