Le plus grand coureur de ski de Suisse

Pirmin Zurbriggen est le plus grand coureur de ski de l’histoire suisse. Sa carrière dans le cirque blanc a duré 10 ans, de l’âge de 17 ans à l’âge de 27 ans. Durant cette période, il a remporté 40 courses de Coupe du monde, quatre titres de Coupe du monde, le Hahnenkamm (à l’âge de 21 ans), la médaille d’or olympique de 1988 en descente et neuf médailles de Championnat du monde. Zurbriggen a également été le premier skieur à remporter des courses de la Coupe du monde dans les cinq disciplines, forgeant ainsi un cercle d’élite polyvalent dans lequel seule une poignée de coureurs sont entrés, dont Lindsey Vonn et Bode Miller.

Au-delà des barrières avec la légende des Alpes Pirmin Zurbriggen

Après avoir remporté son quatrième titre de la Coupe du monde en 1990 – établissant le record de l’époque – il a abandonné le ski de compétition pour se marier et avoir des enfants. Aujourd’hui, Zurbriggen, 58 ans, possède deux hôtels avec sa famille, l’un dans sa ville natale, Saas-Almagell, et l’autre au pied du Cervin, à Zermatt. Il est toujours, même 25 ans après avoir quitté la Coupe du monde, le skieur le plus célèbre de Suisse.
POWDER : Alors, comment êtes-vous entré dans la Coupe du Monde ?
Pirmin Zurbriggen : Pour vous le dire en quelques mots, je vivais à Saas-Almagell, et juste à côté de chez moi, nous avions un télésiège et un petit téléphérique. Donc, tous les soirs après l’école, j’allais skier. J’étais assez fort pour cette région. Ensuite, j’ai rejoint l’équipe suisse de ski, et je montais, je montais et, parfois, je descendais. Votre carrière ne fait pas que monter et monter. Mais à 19 ans, j’ai gagné ma première Coupe du monde. Et depuis, ça fait 10 ans que je suis en Coupe du monde. C’était une période difficile. C’était une bonne période. Vous avez aussi eu du succès.
Oui, le succès est un euphémisme.
Pour moi, c’était fantastique de skier dans toutes les épreuves.

C’est plutôt rare maintenant. C’était courant à l’époque ?

À l’époque, non, pas du tout. Tout le monde pensait que je devais être spécialisé dans une discipline pour atteindre le sommet. Et pour moi, c’était exactement le contraire. Je ne me suis jamais entraîné pour la descente, mais la descente, c’était dans mon feeling, c’était dans mon talent. Je devais juste skier pour m’entraîner à la descente et c’était tout. J’ai eu beaucoup de chance dans ce sport, je dois vous le dire.

Ce n’était pas que de la chance. Comment était votre vie ?

Le ski était mon centre. C’était ma vie. Je pense que lorsqu’on veut atteindre le sommet du monde, il faut d’abord avoir le bon talent, mais aussi se préparer correctement. Il faut être heureux de ce que l’on fait. Il faut être très fort mentalement. Il faut avoir confiance en soi, c’est le plus important. Mon père aimait déjà le ski et la compétition, et j’ai pris une touche de cela pour ma vie. Mes parents m’ont également transmis la religion, la foi en Jésus-Christ, et cela m’a apporté quelque chose… comment dire ? Une paix, une paix dans ce moment.

Quel genre de course votre père faisait-il ?

Mon père était un très bon skieur. Il avait 20 ans quand il a perdu son frère au ski. Son frère, aux yeux de mon père, était plus fort et ils ont fait la descente. Mais il faut savoir qu’à cette époque, l’idée de la descente à laquelle on pense aujourd’hui – ils couraient vers le haut de la montagne, sans préparation, sans rien, pas du tout, et ils descendaient tout simplement. Ils n’avaient pas de chronométrage, ils démarraient juste à chaque minute. Mon père a fait partir deux coureurs après son frère et il a entendu du bruit. Il a dit : « Qu’est-ce qui se passe ? » Et il n’y avait personne autour. Puis il a entendu la voix de son frère et il a dû le ramener au village. Finalement, il est mort. Mon père était tellement choqué qu’il n’a plus jamais skié. J’ai toujours eu l’impression que son frère était un peu de mon côté. J’avais ce sentiment, je ne peux pas l’expliquer.

Comment avez-vous appris à skier ?

J’ai appris tout seul. En skiant et en regardant la télévision et les autres gars.

Pourquoi avez-vous arrêté de courir ?

J’étais un peu fatigué. Je me suis marié, et elle était enceinte. Et puis j’ai pensé, OK, c’est trop de risques et d’être tout le temps loin de la maison. J’avais ce sentiment pour moi : 10 ans de Coupe du Monde. C’était une période difficile. Je pourrais le faire plus longtemps, mais c’était bien de commencer une autre vie.

Alors, comment est la vie maintenant ?

Je vais vous le dire en une phrase : Quand vous faites du sport, tout tourne autour de vous. Tout ce qui vous entoure, votre concentration, ce qui convient à votre corps, tout – c’est votre personne. Et maintenant, en tant qu’hôtelier, c’est tout le contraire. Vous devez regarder ce qui se passe pour les clients, ce que nous pouvons faire de mieux pour les clients, ce que nous pouvons faire pour les autres. Vous avez exactement la position inverse. C’est très drôle, mais aussi très spécial.
Parfois, je vais chercher les gens à la gare avec la voiture électrique et les gens, ils sont surpris. C’est important de voir que si vous avez été un héros ou un champion ou quelque chose comme ça, votre personne ne change pas.

Les gens vous reconnaissent-ils encore dans la rue ?

Oui, oui, absolument – les Suisses. Mais personne d’autre.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code