Réponses à vos 8 questions les plus pressantes sur les gynécologues

Question n° 1 : Un frottis est-il vraiment nécessaire ?

Oui, un frottis est nécessaire et nous allons vous dire pourquoi. Mais d’abord, laissez-nous vous rassurer : vous n’avez pas forcément besoin d’un frottis à chaque examen annuel. Pour comprendre l’importance du frottis et savoir qu’il ne s’agit pas seulement d’un moyen pour votre gynécologue de s’immiscer dans votre vie privée, vous devez savoir ce que l’on recherche.  Une anomalie dans votre test de frottis peut potentiellement être le signe d’un cancer du col de l’utérus ou d’un papillomavirus humain (HPV), auquel cas vous devrez passer des tests supplémentaires.  Donc, oui, il est nécessaire que vous passiez régulièrement un frottis, en particulier si vous avez des antécédents de cancer du col de l’utérus, d’infection par le VIH, d’atteinte du système immunitaire ou d’exposition au DES (diéthylstilbestrol).

Question n°2 : Mes règles sont horribles. Comment puis-je les améliorer ?

Si vos règles vous donnent du fil à retordre tous les mois, vous n’avez pas à vous en contenter, nous avons des solutions ! Des règles douloureuses peuvent se traduire par des saignements si abondants que vous transpercez vos vêtements à l’improviste ou par des douleurs physiques et des crampes qui vous obligent à manquer votre travail ou d’autres activités en raison d’un immense inconfort. La situation est différente pour chaque femme, mais la médecine moderne peut aider.  La pilule est une option que de nombreuses femmes choisissent pour aider à gérer leurs règles, même si elles n’en ont pas besoin pour la contraception. Le stérilet est un autre moyen de contrôler vos règles et de minimiser les effets douloureux de votre cycle menstruel. Il utilise une hormone, la progestérone, pour empêcher la prolifération de l’endomètre ou de la muqueuse utérine, ce qui permet d’avoir des règles plus légères ou de ne rien avoir du tout.  En bref, la vie est trop courte pour perdre quelques jours chaque mois à cause de règles douloureuses.

Question n° 3 : Je veux être enceinte. Que dois-je faire pour m’y préparer ?

La santé de la grossesse commence bien avant la conception. Il est donc important de parler à votre gynécologue pour savoir comment arrêter les mauvaises habitudes qui peuvent nuire à votre bébé et prendre de bonnes habitudes pour augmenter les chances de porter un bébé en bonne santé jusqu’à terme. Parmi ces mauvaises habitudes, citons l’arrêt du tabac et de l’alcool et l’importance accordée à un mode de vie sain et à la prise de poids. Ces mesures doivent être prises au moins six mois avant de commencer à essayer de concevoir un enfant. Lors de votre première rencontre avec un gynécologue-obstétricien, votre médecin discutera avec-vous de vos antécédents familiaux, médicaux et génétiques, des médicaments que vous prenez actuellement et de la façon de vous assurer que votre mode de vie est compatible avec une grossesse saine. Vous devriez également commencer à prendre une vitamine prénatale contenant de l’acide folique trois à six mois avant la grossesse afin de garantir une santé optimale pour vous et votre futur bébé.

Question n°4 : Pourquoi est-ce que je sens mauvais en bas ?

Avez-vous l’impression qu’une odeur étrange se dégage de votre vagin, même si vous venez de prendre une douche ? C’est plus fréquent que vous ne le pensez.   Le vagin a une odeur naturelle, mais elle ne doit pas être désagréable, de levure ou de « poisson ». Si vous constatez l’une de ces choses, cela peut être le signe d’une infection et vous devez en parler à votre gynécologue lors de votre visite.

Question n°5 : À quelle fréquence dois-je subir un examen pelvien ?

Le frottis et l’examen pelvien ne sont pas une seule et même chose. Le frottis consiste à prélever des cellules du col de l’utérus pour dépister le VPH et le cancer du col. L’examen pelvien consiste à inspecter les organes pelviens, à savoir le vagin, la vulve, le col de l’utérus, l’utérus, la vessie et le rectum. Vous devriez subir un examen pelvien chaque année. C’est important non seulement pour dépister les problèmes qui peuvent survenir dans le pelvis, mais aussi pour s’assurer que tout fonctionne correctement dans cette région.

Question n° 6 : Ai-je vraiment besoin d’une mammographie ou puis-je simplement faire un examen des seins et en avoir fini ?

L’examen des seins fait généralement partie de l’examen annuel. Votre médecin vérifiera s’il y a des bosses dans les seins, un écoulement du mamelon ou un épaississement irrégulier des tissus. Une mammographie, cependant, est un processus beaucoup plus complet et elle peut trouver des choses qu’un examen physique des seins ne peut pas trouver. Il n’existe pas de norme industrielle sur le moment où vous devriez commencer à passer des mammographies, vous devriez donc en parler à votre gynécologue, mais le consensus général est que vous devriez commencer à passer des mammographies annuelles entre 40 et 50 ans. Nous recommandons également un auto-examen mensuel des seins.

Question n°7 : Quelle est la meilleure méthode de contraception ?

Ce n’est probablement pas la réponse que vous vouliez entendre, mais cela dépend vraiment de votre situation particulière, de vos antécédents médicaux et familiaux, de vos besoins en matière de santé, etc. Il existe aujourd’hui de nombreuses options de contraception. Il est donc important que vous discutiez avec votre médecin des avantages et des inconvénients de chacune d’entre elles.

Question n° 8 : Que me ferez-vous lors de mon examen annuel ?

C’est  également des examens annuels des visites pour les femmes. L’objectif de cette visite est de fournir des soins préventifs. Le choix d’aborder à la fois les soins de santé et les problèmes médicaux est offert pour éviter deux visites ; cependant, vous pouvez être redevable d’un partage des coûts/copayement pour ce service supplémentaire. Voici ce qui est inclus dans une visite de santé :

  • Un examen de votre état de santé actuel et de vos antécédents médicaux.
  • Des conseils sur les moyens d’améliorer votre santé.
  • Un examen médical adapté à vos besoins en matière de soins préventifs.
  • Vaccinations et tests de dépistage, si nécessaire (certaines assurances ne couvrent pas ces tests).

Voir sos-gynecologue.ch pour en savoir plus !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code